Séjour à Hong Kong

Fabien : « Tout d’abord il est bon de préciser ici qu’Hong Kong n’est pas forcément une destination ou l’on « rêve d’aller » ni même un « incontournable »  pour un tour du monde. C’est notre choix de ne faire que des vols directs qui nous a amené à poser nos valises sur cette petite île si particulière.
(Juste parce que le Auckland- Colombo direct n’existe pas… en fait)

Notre premier contact avec Hong Kong fut le bus. Comme la ville est assez loin de l’aéroport, le taxi était exclu (trop cher), restait le métro, rapide, mais pas forcément la meilleure option pour découvrir une ville… Va pour le bus.
On attend le bus… Je porte les 40 kilos de bagages à l’intérieur. On demande deux tickets pour le centre ville et la le chauffeur, d’une amabilité extrême nous chasse comme des mouches en disant « outside, outside ! »
Je ressors les 40 kilos de bagages du bus (juste une petite précisions 40 kilos ca n’est pas une exagération, je vous rappelle en effet que les femmes enceintes ne portent pas.. lucky me).
Et va acheter un ticket au guichet. Et revient à l’arrêt du bus qui entre temps est parti. Et Attend le suivant. Et reporte les 40 kilos de bagages à l’intérieur du bus.
Ouf, ça, c’est fait…. on peut enfin se poser et découvrir le paysage.
Nous passons peu de temps après devant le port autonome de Hong Kong : inimaginable.
Enfin si essayons ensemble: prenez celui de Marseille, multipliez par 100 le nombre de containers, multipliez par 10 la taille et le nombre de grues, et multipliez par 10 de nouveau la taille et le nombre de bateaux… Vous serez encore loin du compte.
Bon allez je suis sympa, je vous mets une photo.

Le port de Hong Kong
La descente du bus fut assez mémorable, un épisode que l’on pourrait intituler:  » si tu es intéressé par l’avortement sauvage, essaye les bus de Hong Kong. » Mais la je laisse Fanny vous raconter. »

Fanny : Personnellement, en allant à Hong Kong, je m’attendais à voir des pagodes bien sûr, et aussi une partie de la ville plus industrielle mais je pensais – à tort – que la ville avait gardé un petit coté culturel et historique. Bah pas du tout.

L’aéroport d’Hong Kong est super grand et super propre, c’est la classe ! Pas autant que celui de San Francisco, mais pas loin.  Par contre, être blonde aux yeux bleus et arriver dans un pays asiatique, c’est sentir que les chinois n’ont pas vraiment l’habitude d’en voir tant que ca. C’est comme en être au troisième trimestre de sa grossesse, seulement là, au lieu de regarder ton ventre, on te dévisage des pieds à la tête. Bref une impression très particulière en arrivant.

Puis on prend effectivement le bus pour avoir une première impression de la ville. Comme dans toutes les villes l’aéroport est toujours excentré là donc on fait une heure de bus puis on commence à se dire qu’on est bientôt arrivés.

Je vais demander au chauffeur qui me dit que nous avons raté l’arrêt. Je lui demande de nous arrêter à la station suivante. Et en allant faire passer le message à Fabien le chauffeur voit la station de bus et il pile net. Nous tombons au sol lamentablement et nous nous faisons jeter hors du bus du bus comme des merdes. (Ils doivent être payés au chrono les chauffeurs de bus ici, ou alors ils sont racistes … ou les 2)

Bienvenue à Hong Kong.

Dans la rue, Nous essayons de nous repérer sur le plan en chinois que nous avons demandé à l’office de tourisme de l’aéroport ( c’est pourtant la version « English » du plan mais manque de bol les petites rues sont écrites en Chinois, dont la notre…normal qu’on l’ai pas trouvée alors ! )  Nous demandons alors à un couple de jeunes qui croisait notre route de nous aider.
Ils nous expliquent que nous ne sommes pas loin. Ouf.

Nous revoilà parti. Avec les 40 kilos de bagages vers notre hôtel.

Fabien: Ouaip, là, il faut s’imaginer que lorsque l’on cherche une guest house à Hong-Kong, il ne faut pas s’attendre à voir son nom marqué en gros dans la rue. Avec le numéro de rue vous trouvez une porte qui ressemble à toutes les autres, après vous n’êtes pas plus avancés car tout est écrit en Chinois.

Mais là, la chance est avec nous, un vieux passe et nous fait comprendre par une habile gestuelle que nous sommes au bon endroit, et qui faut effectivement entrer par la porte devant laquelle nous nous trouvons.

Mieux, il nous accompagne jusqu’a l’accueil qui est au 3eme étage et que nous n’aurions jamais trouvé sans lui. Un peu plus tard nous nous rendrons compte que ce vieux, c’est juste le patron de la guest house et qu’il a des apparts dans tous les immeubles de la rue.

A peine les portes de l’ascenseur ouvertes à l’étage de l’accueil, la préposée zélée nous hurle   » YOU HAVE A BOOKING???  » (Vous avez une résa ???) Alors qu’on est encore à l’autre bout de la pièce…

Mouais, j’allais dire t’as peut être oublié un petit  « Hello » ou un « did you have a nice trip » ou bien encore un « where are you coming from today » qui nous aurait également parfaitement convenu. Mais en même temps je commence à me rendre compte que le séjour Hongkongais sera placé sous le signe de l’amabilité, de la bonne humeur et de la politesse, un peu comme si toute la ville avait fait la Jean-Pierre Bacri School of Hospitality …  Vous voyez le tableau ?

Elle nous explique que nous aurons une chambre différente de la suite du séjour pour la première nuit, nous, un peu blasés, ayant maintenant l’habitude de ce genre d’arrangement hôtelier, on dit ok.

Heureusement en même temps parce qu’elle était vraiment naze la première chambre …

Fanny : Euh … La seconde aussi. Pour aller à la première chambre, nous sommes restés dans le même bâtiment nous avons juste descendu un étage et sommes entrés dans un grand appartement découpé en petites chambres. Dans le couloir, un frigo, un sèche-cheveux et le code wifi, dans la chambre de 10 m2, un lit en 140, une TV qui ne fonctionne pas au mur, une armoire, une commode et une petite salle d’eau suréquipé de 1m2. Personnellement je n’avais jamais vu ca: une sorte de grande cabine de douche qui contient aussi les toilettes et le lavabo. 3 en 1 quoi.

« L’hôtesse d’accueil » ( la nièce du boss ? ) aussi expressive et communicative qu’une nature morte, travaillant certainement gratuitement vu son niveau de motivation, cette gamine nous a montré notre chambre et nous fait comprendre que l’on avait 15 minutes d’eau chaude a faire chauffer 10 minutes avant usage…le kife.

Nous nous reposons une petite heure le temps de rencontrer notre amis le cafard, toujours là dans les moments où on n’a vraiment pas besoin de ca. Maintenant il est 22 heures, nous avons faim et tout est fermé.

Nous allons donc dans notre cantine internationale pour voyageurs

Jet-largué : Mac Do…

Au Mac do à Hong Kong, toujours choisir une serveuse jeune.

Pourquoi ? Parce qu’elle connaitra au minimum 3 mots d’Anglais, ou au moins elle vous comprendra un peu mieux que sa collègue quinquagénaire.

A Hong Kong, il y a 3 langues officielles qui ne sont pas forcement parlées par tous. Le cantonnais (la plus courante, si tu le parle tu es le roi du pétrole) le mandarin (parlé pour le business) et l’anglais (la langue pas vraiment obligatoire, parlée par les business men et certains commerçants mais oublié la grosse majorité de la population.)

Le lendemain, au programme, c’est découverte de la ville … à travers un parcours de magasins de photo d’occasions concocté par Fabien. Cette ville est en effet une des grandes capitales mondiales de la photographie. Mais avant ca, quelques petites choses à régler…

Etape 1 : changer de chambre de manière très très motivée car notre ami le cafard m’a traumatisée toute la nuit. A l’accueil nous leurs expliquons qu’on aimerait bien changer de chambre et que c’était prévu. Oui mais faut attendre 14 heures ok. Allez hop va refaire tes bagages et laisse les à l’accueil.

Etape 2 : prendre un petit déjeuner. C’est sans surprise que nous trouvons un centre commercial avec un StarBeurck, ce qui pour aujourd’hui nous ira très bien (car je vous rappelle que les chinois mangent de la soupe de peau de poulet au petit dej, ou ce genre de trucs … alors moi je veux bien goûter ce genre de plats pour les autres repas, mais au petit dej, même pas en rêve.)

Etape 3 : Nous prenons le métro dans notre quartier à Causeway Bay, puis allons visiter les quartiers de Tsim Sha Tsui, Mong Kok et enfin, Sham shui Po.

Fabien: oui, et la grosse déception pour moi, les petits magasins de matériel photo d’occasion, sont très difficile à trouver, sur la grosse dizaine de prévu, nous n’en avons trouvé que 2. Pas assez bien préparés nous sommes.

Acheter une grande carte et mettre des points dessus le soir avec Google nous devons.

En revanche, la découverte des différents aspects de la ville que nous a permis ce « parcours photo » était assez intéressante. Au moins pour avoir un premier aperçu de ce qu’est le vrai Hong Kong. Mais je vais être franc, je n’ai pas aimé du tout :

Pollution extrême + ultra à bloc de monde partout ( on y était juste avant le nouvel an chinois aussi il faut dire ) + les gens sont vraiment dénués de toute politesse.

C’est cependant visuellement très intéressant et assez photogénique, comme souvent le sont les endroits à fort contrastes économiques.

Il y a une chose qui est particulièrement incroyable à Hong Kong, c’est le fait que dans pratiquement chaque pâté de maison il y a un centre commercial. Sur une balade d’une journée comme ca, vous pouvez en croiser pas loin d’une centaine à mon avis. Dingue.

Des magasins PAR-TOUT.

La suite de notre voyage à Hong Kong, se déroule assez classiquement, avec une visite des principaux points d’intérêts, comme tout bon touriste…

 

Cet article a été mis en ligne dans Hong Kong. Sauvegarder le lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.